Avec le cloud, gagnez 6 mois (et une fortune) sur vos projets

23 December 2020

La vitesse d'exécution est critique dans les affaires. Le time to market, c'est :

  • la présence et donc la visibilité,
  • la prise de parts de marché,
  • l'établissement rapide / tôt d'un cash flow positif.

N'en déplaise à Lafontaine, en business c'est bien souvent le lièvre qui gagne en satisfaisant plus rapidement que la tortue les besoins de ses clients. Et parfois, conquérir de nouveaux marchés ou satisfaire ses clients plus rapidement passe par la mise en œuvre d'infrastructures informatiques. Que ce soit pour un nouvel outil de gestion de l'entreprise ou pour une solution spécifique pour un client, un marché, une partie de votre offre, vous devez alors lancer un cycle d'achat qui passe par :

  • une phase de conception,
  • selon les cas, un appel d'offres, suivi de son dépouillement,
  • la sélection des équipementiers et intégrateurs, avec éventuellement un test des solutions proposées (PoC : proof of concept, ou installation pilote),
  • la phase de négociation et de commande,
  • la livraison,
  • et enfin la mise en service, avec potentiellement des formations pour votre personnel et une période de transition entre systèmes.

Et si l'on n'y prend garde, la course du lièvre risque alors de se transformer en course du hamster dans sa roue. Organiser les séances en zigzaguant entre les contraintes des uns et les congés des autres, cumuler les délais de réponses aux appels d'offres, négocier, changer la commande au dernier moment pour ajouter ceci et retirer cela, négocier à nouveau... Tout ceci consomme un temps considérable qui se compte en mois et renvoie d'autant plus loin l'établissement d'un cash flow positif pour votre projet. Souvent, des dizaines, voire des centaines de milliers de francs sont investis avant même d'avoir la solution au problème business. J'ai participé récemment à la sélection d'une solution big data dans une grande banque privée de la place de Genève. Bilan : 6 mois de travail, des dizaines de personnes impliquées, près d'un million de francs rien que pour la sélection de la solution. Et encore 6 mois et un autre million pour la mise en place. Une folie. Ajoutez à cela le coût de la solution elle-même et le break-even du projet semble bien loin.

Et en sus du coût en ressources humaines internes et externes, il faut ajouter le triple coût d'opportunité que représente ce cycle :

  • tout d'abord, il y a le coût d'immobilisation de ressources financières (hard cash bien souvent) qui pourraient être utilisées ailleurs,
  • puis, il y a le manque à gagner associé à l'absence de cash flow positif : puisque la solution n'est pas en place, elle ne participe pas à la génération d'argent pour l'entreprise,
  • enfin, il y a dans certains cas, la perte de chiffre d'affaires provoquée par la désertion de clients frustrés par un service défaillant.

Pour faire simple, tant que le matériel est encore dans le carton, il ne rapporte rien, il coûte. Il est donc essentiel d'aller vite. Cette vitesse, le cloud vous l'apporte avec la mise à disposition immédiate des ressources. Dans un département IT organisé autour du cloud, il ne faut que quelques minutes pour livrer de nouvelles machines, et cela peut même être réalisé en self-service par le demandeur. Comment cela est-il possible ? Comment pouvez-vous, vous aussi, tirer profit de cette vitesse ?

Dans le cloud les ressources sont disponibles sans réservation préalable, immédiatement et en quantité quasi infinie.

Il n'y a :

  • pas d'appels d'offre, de sélection des équipementiers et des intégrateurs : c'est votre fournisseur cloud habituel qui fournit les infrastructures techniques. Vous vous épargniez ainsi un processus long, coûteux et incertain,
  • pas de phase de négociation, les tarifs ne se négocient que si vous prévoyez une dépense de plusieurs millions. Si ce n'est pas le cas, une négociation est inutile : le cloud sera de toute façon avantageux,
  • pas de phase de commande ni de délai de livraison : les ressources sont immédiatement à votre disposition, et si vous n'êtes pas prêt, elles ne coûtent rien,
  • pas de coût d'immobilisation de ressources financières : il n'y a pas de sortie de cash ou de financement, vous ne payez qu'à l'usage (et après consommation, ce qui permet de gagner encore un mois !).

Le graphique ci-dessous compare le cycle d'achat d'une infrastructure cloud avec une infrastructure conventionnelle.

freebie_exec_graphe cycle achat_1

Avec un appel d'offres, le temps d'approvisionnement moyen est couramment de 6 mois. Avec le cloud, nous éliminons ce temps d'approvisionnement et les coûts associés. Il reste bien sûr en amont la phase de conception et en aval l'installation des solutions choisies, mais l'utilisation des techniques d'Infrastructure as Code va raccourcir aussi ce temps de mise en place, tout en augmentant la qualité et la disponibilité.

Grâce au cloud, votre service IT n'est plus la tortue lourde et lente (et qui finit de toute façon par perdre la course) mais devient le lièvre rapide qui vous permet de prendre vos concurrents de vitesse.